Rouler par temps de pluie : risques et conduite

Bien sûr, on peut rouler par tous les temps. Mais cela nécessite quelques précautions, expliquées par la FUB.

Dangers de la chaussée

Par temps de pluie, la chaussée peut devenir glissante, attention en particulier aux : pavés, bandes blanches peintes au sol, plaques d’égout, feuilles mortes.
Evitez aussi les flaques d’eau : elles peuvent cacher un trou profond et donc causer une chute.

Adapter sa conduite et son vélo

1. N’oubliez pas vos éclairages avant et arrière

2. Les distances de freinage sont plus grandes : gardez les doigts sur les leviers de freins, restez à bonne distance des autres véhicules et ne freinez pas brutalement

3. Evitez les mouvements brusques, notamment lorsque vous tournez

4. Préférez les jantes en aluminium. Redoublez d’attention si vous gardez des jantes carbone

5. Vous pouvez aussi dégonfler vos pneus d’1 bar afin d’avoir une meilleure adhérence au sol

6. Si vous avez laissé votre vélo sous la pluie, repartez en serrant les freins sur quelques mètres, vous freinerez mieux au prochain carrefour !

Après la pluie

Un bon nettoyage de votre vélo s’impose : vérifiez les pneus, essuyez et huilez la chaîne pour éviter la rouille.

Textes rédigés en partenariat avec la FUB
Crédit photo © Yannick Pulver/Unsplash

Autour du même sujet :

janvier 8, 2018

Rouler par temps de pluie : équipements

janvier 22, 2018

Rouler par temps froid : les conseils de base

janvier 30, 2018

Rouler par temps froid : focus sur le système 3 couches