Portrait de Biker - Martin de Toulouse

A la rencontre de Martin passionné de vélo et de culture...

Qu’est-ce que tu aimes dans le fait de rouler avec Deliveroo ?

Martin : Changer les mentalités. Les villes encouragent une concurrence très rude entre les différents moyens de transport et surtout une concurrence pour l’occupation de l’espace. Les actions menées par la municipalité comme la circulation à contre-sens en centre-ville ne sont que des palissades pour cacher le vrai chantier. Pour moi, rouler chaque soir avec une centaine de Bikers est l’illustration de nouvelles pratiques qui doivent encourager l’utilisation du vélo dans l’espace public.

Pourquoi avoir choisi cette activité de coursier ?

M : C’est une activité à deux vitesses : cela me permet d’ “accélérer” ou “ralentir” le rythme de mes shifts en fonction de mon rythme de vie.

Et à côté de Deliveroo, tu fais quoi ?

M : Je termine des études de gestion de la culture et suis très actif sur le paysage culturel toulousain aux travers de mes associations et mes stages. J’aime le maillage culturel et artistique en France : il est riche et unique, me donnant beaucoup d’opportunités de rencontres et de partage.

Une anecdote lors d’une livraison ?

M : J’ai récemment livré une cliente que j’ai dû appeler faute de nom sur l’interphone. Le soir après mon shift, elle m’a envoyé un sms très explicite pour que je devienne son livreur attitré…

Comment c’est de rouler à Toulouse ? Quel est ton endroit préféré pour patienter entre 2 courses ?

M : Sympa. Le fait d’avoir un centre-ville très dense fait qu’on peut rapidement sortir de la ville en moins 30 minutes et aller se balader sur les coteaux ou aux bords du Canal du Midi. Sinon, mon péché-mignon c’est de prendre un café à emporter à la Brûlerie des Filatiers, c’est devenu le rendez-vous incontournable de mes shifts du midi lorsqu’il y a un creux.

Un conseil pour rider safe ?

M : S’hydrater. La lucidité reste notre meilleure alliée contre les chutes et les accidents. Je dirais aussi garder son sang-froid dans les situations du quotidien. Un piéton passe au mauvais moment ou au mauvais endroit ? Restons calme, notre flegme vaincra !

septembre 18, 2017

Portrait de Biker : Baptiste de Rennes

septembre 20, 2017

Portrait de Biker : Jean de Lille

septembre 20, 2017

Portrait de Biker : Kevin de Paris